• Sa pou zò éséyé vwè

    Pannan nou gwadloupéyen, nou ka fété viktwa a chanpyon an-nou Boris Carène, Shaka li, pa ka pèd fil a-y. E sé kon sa an ka vwè asi on chenn a fwansé "13ème Rue"  pou pa nonmé-y, on séri émisyon ki komnasé dèpi déotwa simenn. Non a séri émisyon-lasa ka kriyé-y "50 ans de faits divers-DOM TOM". Simenn-lasa kivédi yè, yo palé dè Lagwadloup, yo palé dè kyouyézon a Mé 67.

    An pa ka di zòt plis ki sa. Moun ki ni kab oben satélit, lyanné asi chenn "13ème Rue" An ka kwè dimach ka vini la, yo ké woubay li koté 7tèt'swè. Ba moun ka rété an péyi déwò, yo ka fè kalkil-la.

    Mi sa zò pé vwè aka bik entèwnèt a "13ème Rue" :

    http://13-fr.cdn.uninetworksdigital.com/sites/13emerueuniversal.fr/files/imagecache/featured_vid_thumbs_190x100/mai67.jpg

    " Guadeloupe, Mai 67 un massacre oublié

    A pointe-à-Pitre, le 27 mai 1967, jour anniversaire de  l'abolition de l'esclavage, des revendications syndicales d'ouvriers du bâtiment tournent à l'émeute. Une répression féroce va suivre. Les parachutistes déployés en Guadeloupe nettoient l'île avec des "méthodes  algériennes". Le nombre "officiel" des victimes de la répression ne sera connu qu'en 1985, lorsque Georges Lemoine, secrétaire d'Etat à la France d'outre-mer, acceptera de lever le voile sur ce massacre. 87 morts. D'autres sources n'hésitent pas à évoquer le chiffre de 200... Aucune enquête n' a jamais été menée pour connaitre la vérité sur les journées de mai 1967."


    Tags Tags : , , , ,
  • Commentaires

    1
    NègARY...LKPis.
    Mercredi 17 Août 2011 à 14:00

    SONJE ME 67


    Nou ka sonjé Mé swasannsèt
    Jou travayè té lévé gawoulé
    Pou vin mandé on ogmantasyon
               
    Yo pansé la nèg-la té fen i té woupran travay
    Misyé bolotte-la ba manblo lôd masakré travayè
    Ki té nwè ou té ka sanm on biten konsa   
                                                                   
    Alô sé nonm-la té jis vin mandé on môné an plis
     
    Jis a jouné a jôdi jou yo toujou kaché
    konben ki tonbé pa woulévé  
    Adan on foul ki pa té menm awmé


    Manblo a yo ASASEN


    Kon a labitid a yo
    Kaché pou kalmé                                    
    Mé nou okouran                                                    
    Ka sanblé tout koté
    Mobilizé byen détewminé
    Pou ayen pa kon yo vlé 
                                                                                                                                                                                                                                                                       
    On mové paj a listwa a péyi-la   


              

    2
    NègARY...LKPis.
    Mercredi 17 Août 2011 à 14:06

      Les 26 et 27 Mai Grève des ouvriers du bâtiment : 87 morts(?), plus de 100 blessés et 70 emprisonnés ;
             Un rapide sondage au sein de la population métropolitaine révélerait que peu de personnes savent que se sont déroulés des évènements graves en Mai 67.
             La Guadeloupe se relève à peine du passage du cyclone Inès en Septembre 1966 (présent encore aujourd’hui dans les mémoires des anciens).
             Les évènements ont commencé début Mai, par la grève des ouvriers du bâtiment pour demander une augmentation de salaire.
             Les négociations qui se sont tenus depuis le début mai, n’ont pas abouti. Une rencontre fut programmée pour le vendredi 26 mai à la chambre de commerce et d'industrie, entre le syndicat CGTG et le patronat, mené par Brizard. Les ouvriers demandaient 2 % d’augmentation, les négociations échouèrent. Entrainant la foule massée devant la CCI à la révolte. Des CRS arrivèrent provoquant une émeute.
             Coups de crosse de fusil, jets pierres, gaz lacrymogène, bouteilles, conques de lambi sont échangés. Ordre est donné aux CRS de tirer sur la foule.
             L’une des premières victimes fut Jacques Nestor, militant du GONG, très populaire à Pointe-à-Pitre. D'autres manifestants tombèrent, parmi lesquels Pincemaille et Taret. Rapidement, les affrontements s’étendirent à toute la ville. Jusqu’à récemment, les services officiels ne faisaient état de huit morts. Le nombre exact de morts resta longtemps secret; ce n’est qu’en 1985, que le nombre officiel de 87 morts(?), fut connu. Les jours qui suivirent ces tragiques évènements, donnèrent lieu à une vague d’arrestations. Notamment parmi les militants du GONG, qui furent emprisonnés, inculpés et envoyés en métropole, pour atteinte à l'intégrité du territoire national.

    3
    SHAKA (Gwakafwika) Profil de SHAKA (Gwakafwika)
    Mercredi 17 Août 2011 à 14:56

    Kanmarad, ou ké pé vwè émisyon-la dèpi vant a bèt-la? An pa sav si yo ké mèt on vidéo asi nèt-la.

    4
    NègARY
    Mercredi 17 Août 2011 à 18:12

    Wi kanmarad an ka véyé sa é mété-y okouran ! Mé sèlman si sa nou ké kriyé potcast ou rèdifisyon a yo menm, padavwa an ka pati an chanjman dè dèmen...dè rètou an ka-y fouyé...ou ja konèt !

    5
    Mercredi 17 Août 2011 à 18:35
    6
    NègARY...LKPis.
    Mercredi 17 Août 2011 à 18:45
    7
    lBPBtxoGiiHd
    Samedi 3 Septembre 2011 à 07:27
    Yup, that shulod defo do the trick!
    Suivre le flux RSS des commentaires


    Ajouter un commentaire

    Nom / Pseudo :

    E-mail (facultatif) :

    Site Web (facultatif) :

    Commentaire :